Les élections passent mais le bois demeure

Y a-t-il un désintérêt général et durable ?

Bien décevant ce dernier vote auquel seulement la moitié des électeurs se rendent aux urnes. Nous assistons à un désintérêt majeur et encore jamais vu de la politique. Les gens pensent que nous pouvons nous passer d’un gouvernement du pays. Ils croient que les affaires concernant la marche de la société peuvent se régler sans l’intervention de l’homme. Tout devrait marcher “à volo”, automatiquement, comme l’électricité, en appuyant sur un bouton par exemple…

 

Eh bien, croyez moi, il en va de même pour la forêt. Interrogeons dans la rue une personne qui semble être d’une certaine éducation et posons lui la question suivante: pardons Monsieur, une seule question: “Pouvez- vous me dire si la forêt pousse toute seule et si les arbres produisent vite du bois?” Les réponses sont navrantes: “Bien sûr toute seule et en quelques

 

d’années on a le bois que l’on veut” Qui connaît encore la forêt de nos jours? Qui peut dire le nom des arbres forestiers?” Un désintérêt total. Et pourtant le bois a depuis toujours donné à l’homme son chauffage, son abri, son matériau de construction. Alors merci de pouvoir apprendre encore à nos enfants ce noble matériau qu’est le bois, indispensable à l’homme et qui lui survit. Il  faut ainsi réapprendre que les arbres ne poussent pas tout seuls. Il faut beaucoup de travail pour entretenir une forêt mais ce travail est payant pour l’avenir de nos arbres. Un nouvel élan  est donné et se fait nettement ressentir. De nombreux concepteurs sont convaincus et n’hésitent plus à affirmer que le “low-cost” se développe. Le bois se généralise car les prix sont en baisse. Ainsi désormais l’important est de le faire savoir.

Écrire commentaire

Commentaires: 0