Hiver 2019

Un mal bien français : Le morcellement forestier

Cet article vient en complément des réponses à la question 15 du jeu “La forêt en général"

Nous y sommes. Le voilà le changement climatique dont les conséquences sont déjà bien visibles en forêt française.

Le constat est inquiétant : saison de végétation allongée, dépérissements d’arbres occasionnés par de nombreux scolytes

frénétiques entraînant la mort de centaines d’hectares de plantations.  Il en résulte un fort abaissement de la production de bois et une forte baisse d’activité des scieries.

 

Tout cela est de bien mauvaise augure pour les quelques vaillants défenseurs du regroupement des petites parcelles forestières souvent abandonnées par leurs propriétaires qui parfois n’en connaissent même pas la présence.

 

Comment en sommes nous arrivés au morcellement que nous connaissons aujourd'hui ?

Dans les anciens temps, en bordure de la plupart des forêts, les fermiers élevaient leurs bêtes et en particuliers leurs porcs. Avec la création des hangars à bestiaux ces petites parcelles se sont peuplées de forêts. C’est une des principales raisons qui ont conduit à un morcellement inacceptable de la petite forêt française.

Aujourd’hui on compte 5,5 millions d’hectares de belles propriétés forestières correctement exploitées par 50,000 propriétaires forestiers tandis que les 5,5 millions d’hectares restants sont répartis entre 3,3 millions de propriétaires qui, pour la plupart n’exploitent pas leurs parcelles parce qu'elles sont trop petites pour être rentables. Parfois des surfaces de moins de 4 hectares.

 

En quoi est-ce un danger ?

La forêt absorbe une quantité non négligeable de CO2. Si ce composant n'est pas intégré par la forêt alors il va venir augmenter les tonnes déjà présentes dans l'enveloppe aérienne de la terre. Il en résultera un accroissement de son taux dans l'atmosphère qui aggravera le réchauffement.

On voit ainsi l'impact d'une forêt mal gérée qui se meurt, sur notre quotidien.

 

Que fait-on ?

Il faut reconnaître que certaines régions forestières françaises font des efforts pour combattre ce morcellement. On peut citer essentiellement les régions de l’Est de la France. En Moselle, une suggestion a été proposée à plusieurs occasions par le Syndicat des propriétaires forestiers de Moselle d’obliger les petits propriétaires forestiers à payer l’impôt en leur permettant de le faire par tranches de 5 années successives pour ne pas entraîner des frais inutiles de correspondance. Malheureusement les gouvernements successifs s’y sont toujours opposés.

Ce n’était pourtant pas la peur des gilets jaunes ... qui n’existaient pas à l’époque mais peut-être pour ne pas concurrencer les gilets verts des forestiers ;-).

Écrire commentaire

Commentaires: 0