Printemps 2019

Malheur aux colosses centenaires !

Trop gros, trop vieux, mal en point, ils sont devenus dangereux ces arbres remarquables qui ont poussé justement là où il ne fallait pas !

 

Dans nos grandes métropoles, dans nos villes, les occasions ne manquent pas pour accuser les arbres de tous les maux possibles: ils empêchent la création de nouveaux parkings, ils gênent les habitants, ils sont devenus pour la plupart d’entre eux les abris de nuées d’oiseaux indésirables, ils génèrent la peur. Trop penchés, ils sont dangereux car ils risquent de tomber … Trop nombreux en bordure de route, les platanes occasionnent de graves accidents, semblant disculper la vitesse et la mauvaise conduite.  

 

Et pourtant les arbres ont marqué l’histoire de notre pays. Vous souvenez vous de Saint Louis qui rendait la justice sous un magnifique chêne plusieurs fois centenaire ?

 

Heureusement, aujourd’hui encore, certains arbres remarquables restent protégés. Ils ont même été labellisés. On peut citer : le sophora du château de Montry en Seine et Marne, l’olivier de Roquebrune-Gap-Martin, les chênes de Bégard. 

 

Il y a urgence à mettre en place une protection juridique permettant l’inscription des arbres remarquables au patrimoine national visant à reconnaître aux arbres leur statut d’être vivant qu’on ne peut déplacer selon son bon plaisir. Les arbres méritent un statut officiel. Saisi dernièrement, le Conseil d’État a estimé que les raisons sanitaires avancées pour justifier l’abattage des arbres étaient infondées ... 

L’espoir fait vivre …

Écrire commentaire

Commentaires: 0